gabrielle thomas venture capital
Interview de Gabrielle Thomas, investisseuse en Venture Capital

Nous avons eu la chance de nous entretenir avec Gabrielle Thomas, investisseuse en Venture Capital au sein de BlackFin Capital Partners.


Interview de Gabrielle Thomas, investisseuse en Venture Capital

Entretien avec Gabrielle Thomas, professionnelle en Venture Capital

Quelques mots de présentation

Gabrielle Thomas a commencé ses études en abordant les sciences humaines, puis a intégré l’ESSEC afin d’orienter son parcours vers le monde de l’entrepreneuriat. Elle a ensuite travaillé sur des missions d’innovations stratégiques au sein de l’industrie, puis est devenue investisseuse en Venture Capital.

Aujourd’hui, son rôle d’investisseur au sein de BlackFin Capital Partners lui fait rencontrer des startups technologiques qu’elle analyse avec son équipe, qui choisit ensuite ou non d’y investir. Elle a également un rôle d’accompagnement afin de maximiser leur réussite.

Retrouvez notre interview vidéo

Les points importants

On vous a retranscrit plusieurs parties de l’interview pour que vous ne passiez pas a côté de cette vision très intéressante des métiers de la communication et du marketing :

« En venant aujourd’hui à la Masterclass pour les étudiants d’Esupcom, l’idée c’était de partager non seulement la passion que j’ai pour mon métier d’investisseur mais aussi pour le secteur des startups technologiques qui est un écosystème vraiment vibrionnant, notamment en région parisienne, et dans lequel il y a plein d’opportunités pour eux.

Je pense vraiment que l’univers des startups, des petites structures qui bougent avec plein de possibilités de trouver une place et des perspectives d’envergure et de long terme c’est quelque chose qui est très actuel et qui plaît beaucoup aux jeunes aujourd’hui.

Les éléments les plus importants pour les investisseurs quand on analyse un projet pour savoir si on va le financer ou pas, il y en a trois :

  • Est-ce que le produit est innovant, est-ce qu’il est techniquement solide ?
  • Le marché, c’est-à-dire, est-ce que le marché est d’une grande taille, est-ce que le marché est mature, si on met le produit sur le marché est-ce qu’il y a des gens qui vont l’acheter … Le paysage concurrentiel sur ce marché, quel est-il et quelles sont les dynamiques ?
  • L’équipe, nous on va se baser sur l’équipe comme ce sont des projets assez jeunes dans lesquels on investit. On va essayer de trouver des binômes et des trinômes de co-fondateurs qui sont très complémentaires par leurs compétences, qui sont résilients face à l’échec et qui sont doués dans leur champ de compétences.

Un conseil à donner aux étudiants ? Ça pourrait être que les compétences en marketing et com elles sont vraiment clés aujourd’hui, à l’intersection de plein d’autres compétences. Les compétences en marketing et com sont sollicitées plus que jamais dans ce paysage compétitif. »

 

Esupcom