Entretien avec Benoit Raynert, directeur artistique

Nous avons eu la chance d’interviewer Benoit Raynert, directeur artistique au CV étoffé et passionné par l’affichage.


Entretien avec Benoit Raynert, directeur artistique

Qui est Benoit Raynert ?

Benoit Raynet est un directeur artistique passionné d’image, qui a exercé au sein des plus grandes agences de création : Saatchi & Saatchi, Publicis, Ogilvy ou encore McCain. Il a également produit de nombreuses campagnes reconnues pour, notamment, Cointreau, IBM, Nestlé, Eurobest, Reporters sans frontières, WWF ou Duracell.

Son goût prononcé pour le cinéma, et l’affichage, lui a également permis de créer des affiches de film tels que Indochine, le Zèbre, Pulp Fiction et de décrocher le prix de l’affiche de cinéma avec Entre Ciel et Terre d’Oliver Stone.

Notre interview avec Benoit Raynert

Retrouvez la retranscription de l’interview

Bonjour, je m’appelle Benoit Raynert, je suis directeur artistique. J’ai été formé à l’école Estienne, école qui est à Paris et j’ai un parcours professionnel qui m’a permis de traverser de grandes agences parisiennes, comme Publicis Conseil, Saatchi & Saatchi, Ogilvy, et plus récemment McCain.

J’ai aussi un petit parcours où j’ai pu travailler comme affichiste au cinéma. Et aujourd’hui, je suis intervenu à Esupcom pour parler de l’affiche.

C’est une expérience très intéressante de se retrouver devant plus d’une centaine d’étudiants, passionnés eux aussi par leur métier. Je leur ai expliqué quelle a été ma démarche, et comment j’ai pu travailler durant cette période pour le cinéma.

J’ai fait quelques affiches, comme Indochine, Pulp Fiction, Short Cut de Robert Altman, etc. Je ne vais pas tout vous citer, mais en tout cas ça m’a permis d’intervenir et de comprendre la puissance qu’était ce média affiche pour le cinéma et aussi, après, pour la publicité.

Dans le cadre de différentes agences j’ai pu concevoir des campagnes d’affichage pour des marques comme Pampers, Ariel, Renault, Cointreau etc. J’étais confronté, avec ce média, à la performance, à la puissance que peut avoir ce média dans la rue et comment ça génère du contact avec le passant, le voyageur du métro, l’automobiliste dans sa voiture, comment l’accrocher avec un visuel fort, simple et un message simple aussi.

Ce que j’ai souhaité faire vis-à-vis des étudiants, ce n’est pas simplement me concentrer sur l’affiche, car c’est un média qui évolue. On sait aujourd’hui que la technologie, et les data, dont on parle de plus en plus, permettent une réelle évolution, voire un changement radical de ce média.

Ce que j’ai essayé de leur dire, c’est que c’est vraiment un métier de passion, et que si on n’a pas cette petite flamme, que ce soit pour une affiche, que ce soit pour un flyer, c’est un petit peu dommage. Cette flamme que l’on peut avoir, ça s’entretient au quotidien. Ça s’entretient par une nourriture visuelle, graphique qu’ils doivent enrichir constamment, jour après jour.

Nos formations en design & graphisme

Esupcom